Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 03:31

Paroisse du Largue, dimanche 22 novembre 2020
Solennité du Christ Roi
prière du soir
Nous voici à nouveau séparés physiquement pour fêter la Solennité du Christ Roi qui marque la fin
de cette année liturgique A. Mais nous sommes unis par la prière commune les uns avec les autres dans
toutes nos paroisses du Largue et avec le Père Jean‐Pierre.
Nous sommes réunis au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.
Nous fêtons le Christ, Bon Pasteur, Serviteur et Roi et nous implorons sa miséricorde en chantant ou
disant :
Jésus, Berger de toute humanité, tu es venu chercher ceux qui étaient perdus
Prends pitié de nous, fais‐nous revenir, fais‐nous revenir à toi, prends pitié de nous.
Jésus, Berger de toute humanité, tu es venu guérir ceux qui étaient malades,
Prends pitié de nous, fais‐nous revenir, fais‐nous revenir à toi, prends pitié de nous.
Jésus, Berger de toute humanité, tu es venu sauver ceux qui étaient pécheurs,
Prends pitié de nous, fais‐nous revenir, fais‐nous revenir à toi, prends pitié de nous.
« Tu es avec moi », ce verset du psaume 22, le psaume de ce jour est une parole de confiance envers
notre berger, le Christ dont « le bâton nous guide et nous rassure »
Il est l’Agneau et le Pasteur, il est le Roi, le Serviteur.
Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer.
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom.
Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.
Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.
Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.
Il est l’Agneau et le Pasteur, il est le Roi, le Serviteur.
Cette confiance, nous pouvons aussi la faire notre avec les paroles prophétiques d’Ezékiel tellement
actuelles pour nous en ces temps troublés, car le Seigneur veille, en tout temps, en tout lieux mais il nous
associe à ce commandement d’attention, de soin et d’amour pour nos frères et soeurs.
(Ezékiel 34, 11‐12.15‐17)
Ainsi parle le Seigneur Dieu : voici que moi‐même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur
mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de
sombres nuées. C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du
Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la
panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je
la ferai paître selon le droit. Et toi, mon troupeau – ainsi parle le Seigneur Dieu –, voici que je vais juger
entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.
Ne crains pas, je suis ton Dieu, c’est moi qui t’ai choisi, appelé par ton nom,
tu as du prix à mes yeux et je t’aime, ne crains pas car je suis avec toi.
Prenons quelques instants de silence avant d’adresser à Dieu notre Prière Universelle par son Fils
Jésus notre Pasteur et notre Roi
Ecoute‐nous, Seigneur de gloire. Nous te prions pour que chacun sur cette terre devienne béni de Notre Père.
Dans notre monde, une pandémie planétaire met à mal le fonctionnement de nos sociétés. En cet
avant dernier dimanche de novembre, prions avec le pape "pour que les progrès de la robotique et de
l'intelligence artificielle soient toujours au service de l'être humain". Que la prière de notre communauté
qui n'est pas réunie physiquement, unie à celle de toute l'Eglise universelle apporte ici‐bas consolation et
réconfort à nos frères et soeurs éprouvés ou désemparés.
Par Jésus, le Christ et son saint Evangile, posons des gestes profondément humains. Sur ce chemin
de vie, l'autre n'est pas une option. "Chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, c'est à moi
que vous ne l'avez pas fait. Vienne ton règne, Dieu notre Père pour que soient consolés ceux qui ont perdu
tout espoir, que soient défendus ceux qui n'ont pas de pouvoir et que soient éclairés ceux qui marchent
dans le noir.
"J'étais malade , et vous m'avez visité." Prions pour les personnes touchées par la maladie.
Puissions‐nous être en communion avec tous les malades, les personnes âgées, seules ou handicapées qui
n'ont habituellement que le recours à la télévision pour vivre l'eucharistie. Prions pour tous les jeunes pour
qui les temps sont préoccupants et rudes.
Toi, l'Agneau et le Pasteur, aide‐nous à nous mettre en tenue de service. Donne force et courage
aux gouvernants comme aux soignants pour venir en aide à la situation de détresse que vivent tant de gens
dans le monde et aide‐nous à faire le Bien là où nous sommes.
Béni soit Dieu, livré pour ceux de bonne volonté, saints ou pécheurs, rois ou parias. Alors que nous
sommes privés du chant par lequel nous honorerions cette solennité et de la musique dont Cécile est la
sainte patronne, alors, ainsi que le demandait la religieuse italienne béatifiée en 2018, fondatrice en des
Soeurs Apôtres du Sacré‐Coeur de Jésus préconisant par la catéchèse, l'éducation des jeunes et l'assistance
aux personnes âgées et malades: "Seigneur, donnez‐nous l'amour de la prière".
Exauce‐nous, Seigneur de gloire. Que la création entière, libérée de la servitude, reconnaisse la puissance
du Père. Christ hier, Christ aujourd'hui, Christ demain pour tous et toujours, tu es Dieu,
tu es l'Amour, tu appelles, nous voici!
Prions : Notre Père et Je vous salue Marie
Nous pouvons terminer notre prière en disant cette hymne de Jacqueline Frédéric Frie qui tourne
aussi nos coeurs vers l’Avent dans lequel nous allons rentrer :
Qu’il soit béni, qu’il vienne, le Roi, notre Seigneur !
Ouvrez, ouvrez vos portes, ne fermez plus vos coeurs !
Il vient à nous sans faste, grandeur ni majesté,
vêtu comme le pauvre dans son humilité.
Qu’il soit béni, qu’il vienne, le Roi, notre Seigneur !
Il montre à tous les humbles la face du Sauveur !
À lui sont en partage la gloire et le pouvoir,
ce qu’à la fin des âges les peuples pourront voir.
Qu’il soit béni, qu’il vienne, le Roi, notre Seigneur !
Il donne aux misérables la paix du Bon Pasteur !
Il est doux, il est humble, son joug sera léger !
Et c’est lui qui nous mène jusqu’à la liberté !

Partager cet article

Repost0

commentaires