Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 03:54

32ème dimanche du temps ordinaire 8 novembre 2020 Prière du matin Jésus nous invite à la vigilance 1 -Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (25,1-13) En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas. Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » Méditation La parabole que Jésus présente aujourd’hui à ses disciples parle du retour d’un époux et des dix jeunes filles chargées de l’attendre pour l’accueillir. Cet époux dont il est question c’est Jésus en personne. Il vient à notre rencontre et veut nous introduire dans sa famille comme un fiancé introduit sa fiancée dans sa famille. Au moment où Jésus raconte cette parabole, le contexte est dramatique. Jésus est à quelques jours de sa mort : il vient d’injurier violemment les pharisiens (Mt 13,1.39) ; maintenant son procès est déjà fait dans l’esprit de ses adversaires. Ils ont décidé de le tuer comme ils ont tué tous les prophètes. Pourquoi Jésus raconte-t-il cette parabole à ses disciples ? Les disciples vont être témoins dans quelques jours de sa passion et de sa mort. Mais au-delà de ces moments difficiles, il y a la résurrection : le retour à la vie, une vie qui n’a plus de fin. Comme il le dit lui-même, il est le chemin (qui conduit au Père), la vérité (celui qui révèle mieux le Père), la vie (je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance, Jean 10,10). Jésus achève sa parabole par ces paroles : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » Oui, le Seigneur reviendra. Ne manquons pas cette venue, ce rendez-vous, cette visite imprévue. Dieu nous rend toujours visite de nuit. Evitons de s’endormir et d’oublier le rendez-vous comme ces jeunes filles insensées, étourdies, imprévoyantes. En prenant leurs lampes, elles n’ont pas pensé que l’attente pourrait se prolonger et elles n’ont pas fait de provisions pour alimenter leurs lampes. Elles ont raté la rencontre avec Jésus et l’entrée dans la salle des noces. Pourtant Jésus les aime comme il aime les cinq autres jeunes filles qui dormaient tout en gardant leur cœur en éveil. Prévoyantes comme elles étaient, elles ont pris leurs lampes et leur huile en réserve pour être prêtes à accueillir le Bien-aimé (Jésus). Ce qui faisait leur vie, c’est leur huile. Cette huile symbolise l’écoute de la Parole de Dieu, la charité et la miséricorde qu’il nous faut pratiquer. Veillons donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. Jésus nous invite à être vigilants, à prendre nos dispositions pour l’attendre en gérant notre foi dans la durée. Gardons donc nos lampes allumées, signe de notre attention à la Parole de Dieu qui éclaire notre marche à la rencontre de notre Seigneur. 2 -Credo (récité) - Intentions de prières (chacun formule ses intentions : quelle est la réponse que je donne à ce que Jésus me dit dans le texte d’évangile que nous venons de lire) - Notre Père (récité) - Prière finale (inspirée de la prière du Pape VI sur la force de l’espérance) « Ô Seigneur, fais que ma foi soit entière, sans réserves, et qu’elle pénètre dans ma pensée, dans ma façon de juger les choses divines et les choses humaines. Ô Seigneur, fais que ma foi soit forte, qu’elle ne craigne pas les contrariétés des problèmes, dont est remplie l’expérience de notre vie avide de lumière, qu’elle ne craigne pas l’adversité de ceux qui la discutent, l’attaquent, la refusent, la nient ; mais qu’elle se renforce de la preuve de ta vérité, qu’elle résiste à l’usure des critiques, qu’elle se renforce continuellement en surmontant les difficultés dialectiques et spirituelles dans lesquelles se déroule notre existence temporelle. Ô Seigneur, fais que ma foi soit joyeuse et qu’elle donne paix et allégresse à mon esprit ; le rende capable de prier avec Dieu et de converser avec les hommes, de telle manière que transparaisse dans le langage sacré et profane la béatitude intérieure de son heureuse possession. Ô Seigneur, fais que ma foi soit active et donne à la charité les raisons de son développement, de manière qu’elle soit vraiment amitié avec Toi, et qu’elle soit dans les travaux, dans les souffrances, dans l’attente de la révélation finale, une recherche continue de foi, un témoignage constant, un aliment d’espérance.

Partager cet article

Repost0

commentaires